Le 8 novembre, pourquoi les agriculteurs bio ont-ils manifesté ?

Le 8 novembre, pourquoi les agriculteurs bio ont-ils manifesté ?

Les 08 et 17 novembre derniers, paysans bio, citoyens et élus manifestaient respectivement à Rennes et à Nantes afin de contester une décision du Ministère de l’Agriculture quand à la suppression des Aides au Maintien en Agriculture Biologique. Aides au Maintien kesako ? Aujourd’hui le passage de l’Agriculture Chimique à l’Agriculture Biologique demande à la fois du courage, une remise en question importante mais aussi une restructuration physique, financière et technique de la ferme. Des risques sont pris par les paysans en conversion, et l’Aide au Maintien permet d’assurer en partie une trésorerie saine pour assurer et rassurer cette transition.

En voulant supprimer l’Aide au Maintien, le Ministre Pascal Travers donne d’une part un signe négatif et fragilise cette transition qu’une grande majorité de citoyens réclament aujourd’hui: fin des pesticides, fin des engrais chimiques, retour de l’agronomie et du savoir faire paysan, agriculture relocalisée, circuits courts, qualité alimentaire, retour de la qualité de l’eau, commerce équitable, emploi en monde rural, etc…

Alors l’Agriculture Biologique a-t-elle besoin des aides ?? Doit-elle avoir les mêmes réactions et modes d’action que l’agriculture chimique ?? Non bien évidemment et d’ailleurs le succès de la Bio dans les campagnes vient bien du fait qu’elle permet aux paysannes et paysans, ayant choisi ce mode de production, de vivre de leur métier. La Bio ne connait pas la crise.

Alors pourquoi demander des aides? La Bio ne demande pas d’aide, elle demande du soutien !! Sur une enveloppe PAC de 550 millions d’euros, les aides à la conversion et au maintien à la Bio représentent 9 millions !! Et on voudrait demain encore réduire cette part, on se moque du monde étant donné les enjeux environnementaux, sociaux et économiques qui se jouent actuellement et qui se joueront demain.

Ici les paysannes et paysans Bio ne défendent pas leurs intérêts privés mais bien le développement d’une filière qui leur tient à cœur et qu’ils voudraient voir se généraliser pour le bien de tous, n’est-ce pas à cela que doivent servir les deniers publics ?

A l’heure où nous écrivons cet article, nous pouvons nous féliciter de ces mobilisations puisqu’un groupe de députés appuyés par des membres du cabinet ministériel viennent de déposer un projet visant à maintenir les aides au maintien ainsi que renforcer d’autres mesures qui accompagneront ce formidable mouvement qui voit la Bio se développer de 20% dans les campagnes bretonnes en 2017. Alors bravo à toutes et tous ! Et bravo la Bio !


Laisser un commentaire

Voter adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués *